10.2.08

CLEARSTREAM. Remember ?

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

En 2003, on pouvait lire ceci dans la presse...

"Procès des comptes du Crédit Lyonnais : Pour la galerie

Les neuf personnages qui comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris sont bien loin d'être de petits délinquants et autres sans-papiers que nous montrent avec complaisance les émissions de télévision. Foin du menu fretin, c'est un tout autre monde qui se trouve dans le box des accusés.

En tête du palmarès de la notoriété se trouve Jean-Claude Trichet, qui n'est rien de moins que l'actuel gouverneur de la Banque de France. À l'époque des faits (de 1987 à 1993), il occupait le poste de directeur du Trésor au ministère des Finances. Et à ce titre il était aux premières loges pour contrôler - ou couvrir, voire ordonner, c'est ce que la justice est censée mettre en évidence - les agissements de la banque nationalisée qu'était alors le Crédit Lyonnais. En tout cas, ses ennuis judiciaires n'ont pour le moment pas nui à son plan de carrière, puisque Jean-Claude Trichet continue à ambitionner de devenir prochainement le dirigeant de la Banque centrale européenne.

À côté de ce monsieur, on trouve d'autres, et des plus illustres, représentants de la finance française : Jean-Yves Haberer, major de sa promotion à l'ENA, lui aussi ancien directeur du Trésor, et PDG du Lyonnais au moment des faits. Ou encore Jacques de Larosière, également ancien énarque et ancien directeur du Trésor, ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), et comme Jean-Claude Trichet ancien gouverneur de la Banque de France. À côté de ceux-là, les états de service des autres accusés, directeurs généraux, administrateurs ou commissaires aux comptes du Crédit Lyonnais, font presque pâle figure.

L'affaire du Crédit Lyonnais n'a pas provoqué une réaction très rapide de la Justice. Il a fallu dix ans pour que s'ouvre le premier procès. Et les accusés risquent bien peu, au regard des sommes qui ont été dilapidées ou détournées.

Ces « affaires », qu'elles concernent des entreprises nationalisées ou privées, et qui impliquent de hauts fonctionnaires, touchent au fonctionnement même du capitalisme. Les accusés ont présenté, ou aidé à présenter, des comptabilités fausses ? Ils ont dissimulé des pertes ? Certes. Mais le secret commercial et industriel protégé par la loi est une des clés de voûte du système capitaliste. Et la tromperie, le mensonge sont un élément indispensable du « sens des affaires », celui qui permet de réaliser des coups juteux, des spéculations osées et, au-delà, d'exploiter la classe des travailleurs.

En réalité, si la frénésie spéculative du Crédit Lyonnais donne aujourd'hui lieu à un procès, c'est uniquement parce que celle-ci s'est terminée par de gigantesques pertes. Mais même dans ce cas, la Justice en reste aux apparences, sans souhaiter le moins du monde rendre publics les tenants et les aboutissants de ces opérations.

Car les 100 ou 150 milliards de francs - personne ne le sait exactement - qui se sont « envolés » dans les opérations financières aventureuses du Crédit Lyonnais n'ont pas été perdus pour tout le monde. Pour combler le trou et éviter une panique bancaire en chaîne, l'État a immédiatement mis la main à la poche... du contribuable. Mais il n'a jamais cherché à récupérer cet argent auprès de ceux qui en ont profité.

Pourtant, ces gens sont connus, identifiés, ou ils peuvent l'être facilement.

Quelle que soit l'issue de ce procès, on peut être certain que la lumière ne sera faite, si elle l'est, que très partiellement. Le véritable procès des « affaires », ce serait celui du capitalisme tout entier, de ses magouilles, de son appareil d'État, de son opacité et de l'exploitation. Mais celui-là, seuls les travailleurs pourront le mener à bien.

Jean RAYNARD"

08:13  
Anonymous Claude Desama said...

"dans la presse" est tout relatif: voici la source de ce papier: le journal de propagande de Lutte Ouvrière du 10 janvier 2003, ce qui n'est pas Libé ou Le Monde vous en conviendrez cher Denis.

23:46  
Anonymous Anonyme said...

Depuis quand "Le monde" s'inquiète t-il d'informer les gens ?

Je suis pas communiste mais bon, c'est curieux cette manie qu'on les pinailleurs de faire des phrases avec des mots.

Ca vous dérangent à ce point que les ouvriers aient leur mot à dire ?

yves

05:56  
Anonymous aurelien said...

"Mais celui-là, seuls les travailleurs pourront le mener à bien. "

Je trouve cela un peu réducteur...

16:05  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home