29.1.08

Les types du département banker de la Société Générale, ces fleurons de la finance, qui pariaient 50 milliards avec un euro en poche, travaillaient sans plafond. Ils savaient qu'en déjouant les contrôles de leur banque tout devenait possible. Leur plafond de verre était sans verre. Au delà des frontières des nations, dans ce monde de l'hyperfinance, on peut jouer gros en risquant peu. Et une fois sur un milliard ça casse. Le reste du temps, le système, donc les épargnants et les contribuables et les citoyens, absorbent. Je ne sais pas si je suis clair.

10 Comments:

Anonymous Anonyme said...

tres tres clair denis ...
il ne reste plus qu'a exiger des banques propres :)

16:41  
Anonymous Anonyme said...

Régis Hempel, programmeur informatique qui a travaillé pour Clearstream, estime que certains comptes en déshérence ont été activés pour les transactions spéciales. "Un tel compte peut être ouvert dans la matinée, utilisée pour une transaction, et fermé à comparaître en tant que radiée de la cote le soir", explique Backes. "Seulement le gars qui a donné l'ordre d'ouvrir le matin, il sait au sujet de la transaction. Un enquêteur ou un vérificateur ne pas regarder un tel compte parce qu'il ne figure pas sur la liste des comptes. "

Hempel affirme également que Clearstream effacé les dossiers de certains transferts. Lors de sa déposition devant l'Assemblée nationale française de la commission des délits financiers l'an dernier, il a expliqué qu'un système informatique a été mis au point pour effacer les traces de transactions dans les comptes non-publiés. Quand une banque voulait réaliser une telle opération, Hempel a témoigné, c'est tout simplement contacté un membre du personnel de Cedel. "Nous avons fait un" codées en dur "dans le programme et a corrigé l'instruction qui allait venir", at-il expliqué. "[Une instruction pourrait être] un achat, une vente, un mouvement de fonds ou d'une garantie. Nous avons fait disparaître, ou bien nous placer sur un autre compte. Puis, lorsque tout était terminé, nous avons remis l'ancien programme et supprimé l'exception. Il n'a pas été vu ni connu ".

17:55  
Anonymous aurelien said...

Exiger des banques propres c'est un peu comme exiger dans les Mac Do une cuisine raffinée... ;)

18:32  
Blogger Erwin Act said...

C'est fou comme l'intérêt de la presse pour la finance est inversément proportionnel à la proximité des centres financiers névralgiques. (les maisons mères)

Sur la toile, plus on s'éloigne de la capitale européenne et du Luxembourg, plus on y parait sensible aux discussions.

Même en Italie (vous me suivez ?) un semblant de presse d'investigation continue a enquêter.

On parle bien plus de Sindona, Soisson et Calvi aux states, par exemple.

Il fait quoi comme job A. Minck maintenant ?

y

19:07  
Anonymous Anonyme said...

C'est la NSY qui a enquêter. Les britishs expliquent que les offshores sont créée pour rendre l'argent noir plus noir que des "moines"

(...)
Calvi was executed 25 years ago, under the Blackfriars Bridge. So Dominicans, blacks monks of the Inquisition. That was a message of net court mafia and Catholic. The investigations of NSY supported by the Ministry of Foreign Affairs (Foreign office), which failed to break the stubborn silence of the banks' offshore, "whose business is to reinvest funds more blacks than those monks. Meanwhile, Rome and the Holy headquarters kept their mouths shut.

03:32  
Anonymous Anonyme said...

Pour ceux qui se souviennent de Jonestown... (le massacre de la secte)

Les actifs (de l'époque de la Banque Ambrosioano) où on apprend que... noonn. Ce serait vraiment l'horreur !

http://www.ratical.org/ratville/JFK/JohnJudge/JonestownBanks.html

traduction en francais (par google, lisez plutot la version british)

Les actifs de Jim Jones' People's Temple n'ont pas encore été pleinement pris en compte, mais les premières recherches dans la presse et par des enquêteurs indépendants, mettez le total de $ 26 millions et 2 milliards de dollars. Suite à l'argent mène torsadée sentier des banques internationales, mannequin fronts, les investissements immobiliers et conflictuels les rapports des gouvernements. Diverses sources estiment un total d'au moins $ 17 - 20 millions de dollars en investissements étrangers, et de la propriété une valeur de 2,5 millions de dollars qui passe par acte, la vente et la propriété de 1976 à 1979. Quelque 12 millions de dollars de dollars a été déposé dans des comptes au Panama mystérieux. Au cours du récent scandale impliquant le Vatican Bank, la Banque Ambrosiana défunt et financier italien Roberto Calvi, renseignement indiquant que certaines des siphonné des millions sont allés à des banques panaméennes. Le magazine Time a noté dans une question le 26 Juillet de cette année que l'archevêque Paul Marcinkus du Vatican Banque a mis sur pied douze sociétés fantômes, au Panama, pour les mouvements de fonds. A peine cinq jours plus tard, le 31 juillet 1982, le New York Times un AP wire story que le Président du Panama était démissionnaire, et tous les hauts fonctionnaires n'ont pas tardé à être remplacé. Un examen des dotations à la connaissance du public dans l'affaire Jonestown peut révéler aux chercheurs sérieux ce que les connexions existant entre les opérations financières.

Un tableau de participations financières
Lat = Los Angeles Times; SFE = San Francisco Examiner

Montant Banque emplacement source

-------------------------------------------------- ------------------------------

$ 711.000 Barclay's Bank Int. Ltd Georgetown, Guyana LAT 1/5/79
100000 $ Banque de Montréal (CA) San Francisco, CA LAT 1/5/79
21000 $ Banque de Montréal (CA) San Francisco, CA LAT 1/5/79
Inconnu United California Bank San Francisco, CA lat 1/5/79
Inconnu Bank of America Los Angeles, CA lat 1/5/79
10000 $ * Bank of America (personnelle) de San Francisco, CA SFE 1/9/79
Inconnu Wells Fargo Ukiah, CA SFE 1/9/79
$ 2043000 Swiss Banking Corp Panama City SFE 1/9/79
$ 5231536 Union Bank of Switzerland Panama City SFE 1/9/79
$ 5173000 Union Bank of Switzerland Panama City SFE 1/9/79
$ 206,396 Banque de Nouvelle-Écosse Nassau, Bahamas SFE 1/9/79
Inconnu Aucun nom donné Curacao SFE 1/9/79
Inconnu Aucun nom donné îles Vierges SFE 1/9/79
76000 $ * Banque nationale Grenade Grenade SFE 1/9/79
560000 $ Barclay's Bank (fournitures) Pt.-Au-Espagne, Trin. SFE 1/9/79
$ 200000 National Cooperative Bank Georgetown, Guy. SFE 1/9/79
33757 $ Banco Union de Caracas, Venezuela, Ven.. SFE 1/9/79
2.000.000 dollars Aucun nom donné Caracas. Ven.. SFE 1/9/79
Aucun nom donné Inconnu Paris, France SFE 1/9/79
$ 1000000 Union Bank of Switzerland de Zurich, Suisse. SFE 1/9/79
Safe Deposit * Union de Banques Suisse Zurich, Suisse. SFE 1/9/79
11000000 $ * "Treasure Chest" (1974) de Redwood Valley, Californie SFE 1/9/79
2000000 $ total Jonestown site Guyana SFE 1/9/79
1000000 $ * Banque de Nouvelle-Écosse San Francisco, CA SFE 1/9/79
Inconnu Wells Fargo Los Angeles, CA SFE 1/9/79

* Ces avoirs ont été révélé peu après le massacre. Jones compte personnel à la Bank of America aurait diminué de «centaines de milliers», la Grenade compte peut avoir été une partie de l'investissement a rendu une première subvention de 200000 $ en 1977 pour ouvrir la voie à une colonie. Le contenu de la banque de Zurich coffre peut-être été autant que 2000000 $ par certains rapports, mais a ensuite fait valoir que les comptes suisses ont été vidés dans les banques panaméennes ne gibe avec ces chiffres de l'Union de Banques Suisses comptes. Naturellement, le Redwood Valley "Treasure Chest" de 11 millions de dollars ne peut pas être un complément à l'totalise plus tard, mais elle devrait être considérée dans son contexte. La Banque de Nouvelle-Écosse compte aurait été «liquidé» et peut ou ne peut pas avoir la même banque devenir son compte aux Bahamas. Mais c'est certainement diminué en taille. Malgré la possibilité d'un chevauchement, ces totaux ne correspondent pas le nombre total de 10000000 $ remis par le tribunal récepteur Fabian.

Terri Buford, l'un des Jones' top lieutenants, a été souvent chargé de mettre en place les comptes internationaux. Par exemple, à la fois elle et Debbie Layton Blakey auraient procédé à une "mystérieuse mission financière» de Panama à Londres, où ils étaient soupçonnés d'avoir "étudié les banques socialiste et communiste", puis sur la France et la Suisse. Terri a chargé à plusieurs reprises l'employé de banque en Suisse de ne pas "discuter de n'importe quoi» au cours de leur visite, mais il ne citer que compte 2000000 $ en passant, peut-être l'une dans le coffre (San Francisco Examiner, 1/9/79). Comptes ont été déposés au-delà de nombreux noms de Jones et le Temple du peuple. Terri Buford, Carolyn Layton, Maria Katsaris et d'autres de Jones entourage ont été utilisés. En outre, des organisations comme mannequin Bridget, SA, Angélique, et d'autres, les comptes déguisée. Terri Buford aurait permis le Grand Jury enquêteurs rendus des dépôts dans les banques panaméennes totalisant 7,5 millions de dollars, tandis que la presse a suggéré que davantage d'argent a été résidant dans les banques suisses et les Guyaniens. Suite au massacre, Buford et Mark Lane a voyagé en Europe, conduisant à la spéculation qu'elles avaient joué un rôle dans l'élimination de l'argent des comptes suisses, une taxe (LAT, 1/20/79) Lane était de nier avec véhémence dans la presse. Lane était en même temps l'avocat de People's Temple et accusé assassin, James Earl Ray. Lane et Buford aussi vécu avec et soigné un témoin clef dans l'affaire Ray, Grace Walden Stevens. Selon certains rapports dans le New York Times (2/4/79), Mark Jones Lane offert l'argent pour aider à libérer James Earl Ray. Plus tard, des histoires et suggèrent que Buford Lane étaient en collusion pour mettre Grace Stevens Jonestown en vertu d'un passeport illégal (NYT, 12/8/79).

Buford visite du Panama ont pu être reliées à un "petit nombre de déplacements à la banque de Caracas, de Panama et de la banlieue de San Francisco Belmont" (Miami Herald, le 3/27/79) faite par Jones confident, Maria Katsaris, en 1978. Clairement, les trois comptes numérotés y étaient en place d'ici à 1978. Court-récepteur nommé Fabian admet finalement en novembre 1979 qu'il y avait deux comptes. L'un au nom de Annie McGowan à l'Union de banques suisses, à Panama, un adepte de Jones qui ont péri dans le carnage. Les deux comptes décrite par le San Francisco Examiner pourrait à la fois répondre à la description en termes de solde de trésorerie. Ils sont, respectivement, les comptes # 121-00-191A et # 121-00135A (voir le graphique ci-dessus). En outre, Fabian constate l'existence d'un équilibre 2000000 $ dans le Swiss Banking Corporation, de Panama, au nom d'un «mannequin de front." Ce compte est # 3357 (voir graphique ci-dessus) (LAT, 11/18/79).

Michael Prokes et Tim Carter, deux gardes du camp, qui ont survécu, affirment que Maria Katsaris lui a demandé de prendre une banderole avec 500000 $ à l'ambassade soviétique. À leur retour aux États-Unis, ils ont fait valoir contact avec des fonctionnaires de l'ambassade soviétique au Guyana. Ils ont dit qu'ils savaient Valerly Koval (majeure en auraient le KGB et d'un dispositif haut de l'Amérique latine), et Feodor Timofeyev (un adjoint du KGB, prétendument). Timofeyev le nom figurait sur les lettres adressées à ces derniers de les Soviétiques sur l'accès à 7 millions de dollars dans un compte panaméen à l'Union de Banques Suisses (San Francisco Chronicle, 1/21/79). Cette histoire est le plus susceptible d'élaborer une ruse pour couvrir les flux de l'argent réel, ou à un excès de piège à appât soviétique "implication" par Jones après le massacre du camp. Jones n'était nullement disposés à donner de l'argent à l'Union soviétique. Mais nous allons regarder de plus près l'évolution réelle du Panama argent cache.

En janvier 1979, le ministère de la Justice a rendu publique son intention d'intenter une poursuite de dollars contre 4,2 millions de People's Temple fonds pour recouvrer le coût de l'enlèvement du corps de l'armée américaine. Défendeurs nommé à ce moment-là compris l'Asociacion Pro Religiosa San Pedro, SA de Panama. Le lendemain, le magistrat qui la préside, le juge Brown, a adressé un "avocat au Panama", et la poursuite a fait valoir que la "société affiliée Panama" était "organisé à gérer les actifs de People's Temple" (Oakland Times, 1/23/79) . Le San Francisco Chronicle a estimé un empire financier d'au moins $ 26 millions (SFC 1/9/79), mais lorsque le juge Brown déménagé à dissoudre le People's Temple le 24 janvier, le procureur général d'État Appalas placé le total beaucoup plus faible. "Contrairement aux précédents rapports de presse, Appalas dit, le total des actifs du temple approchait seulement 12 millions de dollars et ont été localisés à la Grenade, le Venezuela, la Barbade, le Guyana et Trinité», a déclaré le San Francisco Chronicle (1/24/79). Aucune mention du Panama. Le même jour, Guyanais officielle Kit Nascimento tenté d'absoudre les Guyaniens fonctionnaires du gouvernement, y compris le Président Burnham, la femme de tout méfait dans la suppression d'un demi-million de dollars rapportés par avion de la Jonestown site, prétendant qu'il a été déposé dans l'ensemble, la Banque du Guyana en Georgetown. On ne voit pas bien comment cette demande, ce qui implique un compte totalisant 700000 $ a trait à l'argent rapporté en Guyane après la mort (voir le graphique ci-dessus) (Washington Post, 1/24/79). Quelques jours plus tard, Jim Jones' belle-mère, Charlotte Baldwin, à Richmond, Indiana, nié qu'il ait laissé un grand domaine, et a raconté que sa fille Suzanne selon laquelle il n'y avait que des biens et «17000 $ dans un compte de Nassau," vraisemblablement Pas une référence à la Banque de Nouvelle-Écosse dépôt (WP, 1/29/79).

Pas avant une histoire Newsweek, le 12 mars, des mois plus tard, Robert n'a Fabian confirmer que le Temple avait un coffre-fort en Suisse, et dans les comptes bancaires "Panama et la Guyana." Cependant, sa demande a été à ce point que les trois sources en même temps pourrait ne comptent que pour un supplément de 6 millions $. Le lendemain, à Berne, en Suisse, le gouvernement suisse a bloqué l'accès aux fonds et de l'information sur les comptes suisses dans le cadre d'un 1973 américano-suisse du Traité d'assistance juridique. Ils ont été seulement disposé à donner de plus amples informations, si le FBI a pu prouver les fonds ont été obtenues par des moyens criminels. Des responsables américains étaient encore estimer les comptes suisses ont dépassé 10 millions de dollars (WP, 3/13/79). Le lendemain, 14 mars, Michael Prokes tenu une conférence de presse, a révélé que les fausses bandes suggéré la Jonestown suicides ne sont pas contraints, avant de tirer lui-même dans la tête. Enfin, en août, en conflit histoires ont commencé à apparaître à partir de la Suisse. Une annonce officielle du mois d'août 3, créé trois comptes bancaires qui ont eu lieu depuis 1976 et que l'argent a subitement été transféré aux États-Unis et au Panama au moment de la tuerie. La déclaration a également semblé impliquer la libération de 2 millions de dollars et les communications à partir du coffre-fort aux autorités américaines. Ces autorités sont maintenant dire que l'actif s'élève à plus de 10 millions de dollars, «la plupart» dans la ville de Panama succursales de la Société de Banque Suisse et l'Union de Banques Suisses. Aucune raison n'a été donnée pour le transfert et le nom des déposants et des dates précises n'ont pas été libérés. Autres rapports et rumeurs persistent: Jones avait ordonné à 7 millions de dollars envoyés à l'Union soviétique en décembre 1978. Swiss comptes numérotés de six à une douzaine. L'argent a eu lieu en mannequin fronts au Guyana. Certains ont même suggéré des fonds étaient envoyés à l'OLP. (SFC 8/3/79). Une autre histoire a proposé que le montant soudainement changé de Panama a été 2000000 $, et le Département de la Justice de fonctionnaires ont été surpris et sceptique que l'argent était venu aux États-Unis à leur insu (WP 8/3/79).

Soudain, désigné par le tribunal récepteur Fabian annoncé en octobre qu'il avait "trouvé" 7,2 millions de dollars en Panama. «Nous avons obtenu mot de Panama qu'il ya 5,2 millions de dollars dans une banque et un autre 2 millions $ dans l'autre." Cependant, Fabian a dit ce n'était pas l'argent nouveau, et le total des actifs étaient toujours dans les 10 millions de dollars de gamme, car "une partie de l'argent au Panama, il a été transféré en 1978 à partir de banques suisses dont les comptes sont désormais" vide ".

Comment fonctionne cette histoire match le reste de la preuve sur les comptes suisses et panaméennes? At-il démentir le gouvernement suisse revendications, les autorités américaines, ou Mark Lane? Fabian a également affirmé qu'il y avait un autre 3000000 $ au Guyana, mais on nous a dit peu de chance de jamais le voir dans les États-Unis en raison de revendications gouvernement guyanais. La seule conclusion à ce moment-là était Nasciemento le moyen tiré de ce que l'argent tiré du site a eu lieu en prévision de créances américaines, et de bonne foi. Un autre 200000 $ a été localisé dans la région des Caraïbes banques, et 1,7 milliards de dollars a été remarquable dans les revendications, dit Fabian (WP 10/6/82). Le gouvernement prétend se maintient à ce moment. Dix millions total, 3 millions de dollars au Guyana et 7 millions de dollars au Panama (SFC, 11/17/79), habituellement divisé en deux comptes de 5,2 millions de dollars et 2 millions de dollars (SFC 10/26/82) à venir par le biais de la Suisse. Charles Touchette, un officier Temple, était de réclamer des comptes cachés total de $ 66 millions, mais il raillait Fabian (SFC 11/17/79). Qu'en est-il alors qu'il est advenu de la 5 M $ supplémentaires en compte au Panama, et la mystérieuse Asociacion Pro Religiosa San Pedro, SA (appelée plus tard comme "Asociacion Pro Religiosa à San Pedro")? S'agissait-il d'un "front mannequin" pour Jones, ou pour d'autres intérêts? Etait-ce l'une des opérations mis en place par Robert Calvi à cacher Vatican placements?

Fabian dissous actifs. De l'Association at-il dit, «Nous aurons à dissoudre que l'un et l'obtenir au nom de People's Temple, le California Corporation" (SFC, 11/17/79). Il a réussi à vendre l'église de San Francisco à une société Kraft employé, Deuk Ho Bae, de 300000 $, qui à son tour a dit qu'il allait y établir la centrale coréenne et de l'Église chrétienne évangélique presbytérienne de Corée Eglise réformée, aurait pas connecté à la vaste Église de l'Unification du révérend Moon. (OT, 3/15/79). À un moment donné, il a menacé de vendre l'Albatros, les 400 tonnes de navigation sur un bateau d'approvisionnement courir à la Trinité quand les meurtres ont baissé. Haut aide-Jones, Phillip Blakey a signalé "dernier appel" à son beau-père, le Dr Lawrence Layton, du Panama. Une dizaine de fidèles sont restés sur le bateau, la création d'une communauté d'abord à la Trinité, tandis qu'un Slingger Nigel, un homme d'affaires de Grenade et courtier d'assurance pour Jonestown, réparer le navire. Charles Touchette mis en place une journée portes ouvertes à Grenade pour Temple membres, et Paul McCann, Phillip Blakey, Steven Jones (fils), et d'autres continuent à vivre ensemble. McCann indiqué sur KPIX-TV qu'il souhaitait mettre en place une compagnie de navigation à "financer la poursuite des travaux de l'original du temple." Que le financement, et les travaux, continuent d'échapper à un contrôle. Il n'y avait pas de côté-verbal de la vente de l'Albatros. Le Jonestown comptes, comme ils l'étaient, ont été divisés. Mais la réalité de l'horreur, comme l'argent qui le composent soutenue, continue à couler dans les canaux invisibles.

La question reste sans réponse. Jonestown l'empire était construit avec le même argent sale provenant du Banco Ambrosiano, la Nugan Hand-Banque et d'autres institutions internationales conduits de trésorerie pour les hommes qui font le commerce de stupéfiants, d'espionnage, de la chair humaine et de la mort?




yves

03:50  
Anonymous Anonyme said...

un comment recu il y a longtemps...

Bonjour Sidonie,
Je suis journaliste. Voilà un texte écrit pour défendre Denis.

Denis Robert, le fou

Clearstream serait le fruit de l’imagination d’un personnage obsédé, Denis Robert. Et s’il s’agissait plutôt d’en faire un bouc émissaire de faux fichiers pour oublier les vraies questions ?

Clearstream existe t-il ? Ernest Backes existe t-il ? N’est ce pas lui qui est venu alerter Denis sur les mécanismes de Clearstream ? Régis Hempel existe-t-il ? Pascal Lorent n’a-t-il pas lui aussi efficacement enquêté, filmé, recueillis des témoignages ? Ou bien a-t-il fait le même cauchemar que Denis Robert ? Y a-t-il dans Clearstream des comptes non publiés et non rattachés à des comptes principaux ? Cette chambre de compensation compte t-elle parmi ses clients des banques mafieuses ? Les journalistes qui écrivent sur ce sujet ont-ils lu les livres Révélation$ et La Boîte Noire? Si oui, parmi toutes les informations et explications que contiennent ces ouvrages, pourquoi pointent-ils toujours l’exemple de la DGSE sans avoir enquêté et sans être capables de donner eux-mêmes une réponse ? Denis Robert n’a-t-il pas gagné des procès intentés par Clearstream ? Pourquoi alors ne pas en faire mention ? Perquisitions, menaces ou intimidations exercées sur Denis Robert et Ernest Baeckes sont-elles encore une fois le fruit de leur imagination ? Arnaud Montebourg et Vincent Peillon ont-ils mené une commission d’enquête pour le plaisir et les journalistes ont-ils lu le rapport de cette commission d’enquête ?

Il semble que même l’appel de Genève ait été oublié.
Instaurer un véritable espace judiciaire européen pour lutter contre la criminalité internationale, est-ce possible avec le secret bancaire ? Avec le Luxembourg ? Avec Clearstream ? Avec des commissions rogatoires qui restent lettres mortes ? Un juge dont je tairai le nom, vu l’ambiance du moment, m’a confiée un jour que ce qui empêchait les enquêtes ce n’était pas tant l’habilité des criminels que la corruption qui gangrenait les institutions. Une corruption à l’échelle européenne.

En 2002, j’enquêtais avec un autre journaliste sur une organisation mafieuse. Il s’agissait d’un réseau d’escroqueries portant sur de fausses collections d’art oriental (M6 Capital, le 26/01/2003). Le chiffre d’affaire était astronomique. Les protections remontaient jusqu’au commissaire divisionnaire responsable de l’OCRGDF, l’Office Central de Répression de la Grande Délinquance Financière. Le blanchiment des escroqueries s’effectuait via des achats de villas luxueuses sur la côte d’Azur et des placements financiers en Suisse et au Luxembourg. Classique. Une bonne partie des biens immobiliers du chef de cette organisation appartenait à une société dont le représentant légal n’était autre que Carlos Zeyen, à l’époque avocat et depuis substitut du procureur chargé de la lutte anti-blanchiment d’argent au Luxembourg. Un personnage que Denis connaît bien.

Clearstream lavé par un blanchisseur ?

Dans cette affaire nous avons été mis sur écoute, menacés, agressés.
Le meilleur enquêteur de la police judiciaire sur les dossiers d’escroqueries au jade avait été mis au placard et menacé de mort ainsi qu’un magistrat instructeur. L’OCRGDF, censé centraliser les enquêtes, renvoyait aux juges d’instructions les demandes de commissions rogatoires comme en témoigne le Juge Murciano à qui on avait fait entendre que la « hiérarchie » policière ne souhaitait plus regrouper ces dossiers…
De fait, une note interne signée de cette même hiérarchie demandait aux policiers de redoubler de prudence afin de pas exacerber les tensions et pousser cette organisation criminelle à «commettre l’irréparable».

Mais surtout, quelques jours avant la diffusion du reportage, Carlos Zeyen organisait une conférence de presse dans laquelle il entendait interdire aux médias de prendre en considération les informations le concernant dans notre enquête. Pour preuve, il détenait une cassette de notre film. Aux quelques journalistes qui lui demandaient comment il s’était procuré cette copie, il avait tout simplement répondu que cela faisait partie de ses prérogatives ! Il n’a, semble t-il de compte à rendre à personne. C’est ainsi que cela se passe au Grand Duché. Pour preuve, à l’époque de nos investigations, Carlos Zeyen s’étant dérobé à notre interview, Jean-Paul Frising, son supérieur hiérarchique nous avait assuré pouvoir répondre à sa place. Nous lui avions montré alors les documents compromettant son substitut. Sa réponse : « La situation patrimoniale de Monsieur Zeyen ne m’intéresse pas ». Dont acte.

Carlos Zeyen prétendait ne pas connaître Michel Gabarrès le chef de la mafia du jade. Pourra- t-il expliquer un jour comment il a été non seulement le représentant légal des sociétés de ce dernier, mais aussi comment il s’est procuré notre copie de travail et surtout par quel subterfuge cette dernière s’est retrouvée dans les mains de nos bandits les jours suivants, nous valant ainsi quantité de référés pour empêcher la diffusion du reportage, référés que nous avons fort heureusement gagnés ?
Certainement jamais. Carlos Zeyen a été un peu bousculé dans cette histoire, faisant la une des journaux luxembourgeois pendant un petit moment. Mais, outre notre conviction qu’il n’était pas le seul à avoir des fréquentations douteuses parmi les notables de ce petit pays, pourtant fort important dans la configuration européenne, ce magistrat de grande envergure se trouve aujourd’hui toujours fidèle à son poste.

Echangerait un Zeyen contre 100 Van Ruymbeke.

Or, le 30 novembre 2004, Carlos Zeyen signait un communiqué qui lavait Clearstream de tout soupçon et renvoyait aux délais de prescriptions les infractions d'escroquerie fiscale et de comptabilisation inexactes pourtant pointées par l'enquête judiciaire. Peut-on avoir confiance en cette justice ? Sait-on qu’au Luxembourg, il n’est pas un magistrat dont le beau frère ne soit ministre ou cousin du banquier ? Que des avocats français se trouvent parfois contraints de solliciter leur barreau pour les aider à faire appliquer la législation européenne lorsqu’il s’agit d’assurer les droits de la défense d’un ressortissant français devant le tribunal luxembourgeois ?
Des personnes, lasses de ne pas pouvoir faire valoir leurs droits, sont contraintes de quitter le territoire et de rentrer en France ou en Belgique.
On ne souhaite pas au journaliste du Monde, qui évoque avec ironie la convocation de Denis Robert devant un juge d’instruction du Luxembourg le jour de ses 48 ans, de se retrouver un jour inquiété par le Petit Duché.
Quoiqu’il en soit nous ne perdrions pas à échanger 1 Carlos Zeyen contre 100 Renaud Van Ruymbeke. Au lieu de gloser sur l’Europe nous ferions mieux de la regarder et de nous demander si « l’Affaire Clearstream » n’est pas autre chose qu’une bataille française autour de nos acteurs politiques. Et d’observer comment un microcosme géographique protège férocement un macrocosme financier.

Denis Robert apparaît dans l’article du Monde comme un homophobe raciste sous prétexte que, dans son roman, un personnage anglais est homo…Piètre argument. Critique littéraire de seconde zone ou « enquête » (C’est ainsi que le papier est présenté. On aimerait savoir sur quoi le journaliste a enquêté), cet article perfide et assassin est perclus de petites phrases venimeuses et hors contexte, ressemblant fort à des copiés collés. Parmi les journalistes, surtout parisiens, la palme de l’ego et de la complaisance ne revient certainement pas à Denis Robert. Qu’il soit poursuivi ou hanté par son sujet se justifie quand on voit l’acharnement judiciaire et aujourd’hui médiatique qui consiste à le faire passer pour un paranoïaque et le contraindre toujours à se justifier. Denis Robert est un journaliste généreux et s’il conserve suffisamment de confiance au risque de se retrouver piégé dans une affaire qui n’est pas celle de Clearstream mais celle d’une manipulation politique, que dire d’une presse qui passe son temps à recopier les communiqués ministériels et les tuyaux contradictoires des services en pleine guerre Sarkozy-De Villepin ? Denis Robert serait donc obsédé. Un défaut pour certains, une qualité pour tous les autres. Il a en tout cas suffisamment de considération pour son métier. Ce qui lui permet de vouer cette obstination à vouloir comprendre et dire le monde. Ce monde n’est pas issu de son imagination. Il le voit et le raconte le mieux qu’il peut. Comme enquêteur et comme écrivain.

Car enfin, qui est dans la transparence ? Qui est manipulateur, fauteur de trouble ? Si les spécialistes du renseignement, les informaticiens, les spécialistes financiers s’accordent à dire qu’il y a là grossière supercherie c’est donc qu’elle était destinée à être mise à jour. Ou alors nous sommes en droit d’interroger l’état de nos services et la clairvoyance des hommes politiques mis en cause dont certains découvrent avec stupeur leurs noms alors qu’ils n’ont, on le sait bien, aucun moyen de savoir ce qui se trame via ces mêmes services. Si ces fichiers sont faux, à qui profite le crime ? En tout cas, pas à Denis Robert qui voit, sous fond de bataille politique digne de romans de barbouzes, des manipulations qui justifieraient de réduire à néant son travail sur les enjeux d’une chambre de compensation dissimulant des transactions internationales. Et qui redoreraient les blasons abîmés des hommes d’état victimes de rumeurs et de complots. A un tel stade on se demande si les frégates de Taiwan et les rétro commissions ont jamais existé. Peut être ont-elles été inventées, elles aussi, par des journalistes mal intentionnés. Il est invraisemblable que ce soient précisément les personnes qui réclament la lumière, qui soient désignées comme les acteurs de l’ombre. L’ouverture du Secret Défense nous permettrait de savoir quels ont été les bénéficiaires du marché des frégates. Et que les sommes aient été déposées à la Deutsch Bank, la Menatep ou la banque Continentale du Luxembourg, peu importe car il y a de fortes chances que, comme le répète inlassablement Denis, il s’agisse de banques ayant un compte chez Clearstream, la boîte de Pandore où les transactions sont couvertes par le secret des dieux. Gageons que cela n’arrivera pas car ce serait le signe d’un sursaut démocratique trop sain par les temps qui courent. On lui préfèrera de loin le populisme exacerbé par cette affaire, celui qui permettra l’élection du prochain Président de la République, suivez mon regard…

Valérie Labrousse

08:10  
Anonymous aurelien said...

Le PS commencerait à s'intéresser à la problématique:

"Reuters - il y a 34 minutes

PARIS (Reuters) - Laurent Fabius estime que l'affaire de la Société générale c'est "la vache folle, plus le nuage de Tchernobyl".
(publicité)
Dans un entretien accordé au Parisien publié mercredi, le dirigeant socialiste résume avec ironie l'affaire qui a coûté à la banque 4,9 milliards d'euros de pertes.

"La vache folle c'était : je ne sais pas ce qu'il y a dans mon assiette. Là, les banques ne savent plus ce qu'elles ont dans leur portefeuille et les clients ce qu'il y a dans les banques. Donc opacité absolue", dit-il.

"A l'instar du nuage de Tchernobyl", ajoute l'ancien Premier ministre, "Nicolas Sarkozy, François Fillon et Christine Lagarde font comme si ce qui se passait dans le système financier global s'arrêtait aux frontières de la France".

Mais, "au-delà de l'épisode du trader de la Société générale, on est face à un système où l'hyperfinance est en train de tuer l'économie. C'est un système qu'il faut changer", dit Laurent Fabius, qui estime que le P-DG de la Société générale, Daniel Bouton, va être contraint à la démission."

12:31  
Blogger Gael said...

"Je n’oublie pas non plus que Laurent Fabius a toujours soutenu ce paradis fiscal quand il était ministre des finances, poussant l’amabilité jusqu’à assister à la remise de la Légion d’honneur de Juncker. Ceux qui ne me croient pas n’auront qu’à jeter un œil sur mon film, l’affaire Clearstream… "

Denis Robert sur ce même site:

http://ladominationdumonde.blogspot.com/2006_10_01_archive.html

13:35  
Anonymous Anonyme said...

Bordel, à mon âge...
j'ai fait mes courses à CORA et comme à lui seul ce nom m'évoque des choses, j'en ai profité pour faire perdre 50 cents a Charlie Hebdo en replacant avantageusement la pile trop visible du magazine par le Canard Enchainé. C'est toujours çà que l'avocat de clearstream n'aura pas.

20:24  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home