4.2.08

Open Bar Dimanche un homme politique (de droite) m'a téléphoné. Son message tenait en quelques mots: "Vous devriez faire un livre sur ce scandale de la Société Générale. Et répondre à cette question: pourquoi personne ne parle des narco-dollars dans cette affaire? Pourquoi ne dit-on pas que l'argent de ces paris stupides vient de là? Dites-moi". Je ne ferai pas ce livre. Mais si d'autres veulent bien se donne la peine, c'est open.
Les criminels en col blanc aiment l’obscurité. Il leur faut, pour tenir et prospérer, une justice peu regardante. La justice de micro-états qui contournent les accords internationaux et font du secret bancaire une règle absolue. Dans ces micro-états, il existe bien sûr des juges et des policiers mais ces fonctionnaires généralement bien payés s’intéressent surtout aux problèmes de leurs concitoyens. De graves problèmes de circulation automobile. Pour le reste, vous êtes dans le no man’s land. Il m’est arrivé ces dernières années de rencontrer des magistrats de ces paradis bancaires. Certains m’ont interrogé, d‘autres mis en examen. C’est une expérience déroutante mais au final enrichissante. Ces hommes, ces femmes, exercent une fonction officielle –la lutte contre le crime- dont ils savent qu’elle est obsolète. Ils n’aident pas à lutter contre le crime. Ils aident, par leur présence, à son développement. C’est leur fonction officieuse.
Là est toute l’hypocrisie du système. Ces hommes, ces femmes, ces policiers, ces magistrats, ces fonctionnaires d’Etats minuscules, ces élus du consensus bancaire sont à des points stratégiques dans les appareils visant à la protection du crime organisé. Ils sont payés pour fermer les yeux et monter des procédures dilatoires. Ils pourraient rompre avec cette folie collective, prendre des décisions individuelles et courageuses. Il y ont peut être pensé. Il ont abandonné l’idée. Il ont choisi de se fondre dans le moule gris de l’époque. Et de maintenir l’équilibre géostratégique de la planète financière. Celle où une banque peut perdre 7 milliards, 5+2, sans que personne ne trouve ça vraiment bizarre.

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Je ne pige pas votre péssimisme cher Denis. Si les transactions sont tracées, c'en est fini de l'opacité.

Je suis optimiste. Parce qu'il y a des intermédiaires. Ce système opaque ne tire son oxygène que si tous les intermédiaires, 24h/24, 7jours/7, arrivent à cacher ces traces de la lumière qu'on pointe sur eux.

-Steph

17:33  
Anonymous keru said...

ceci explique cela:

Pourquoi ne vit-on pas dans une démocratie où chaque media est accessible de la même manière à tous,
où chaque personne est librement consciente du monde dans lequel nous sommes?

Peut-être parce que trop d'interets sont en jeu, et que ceux qui détiennent ces interets sont ceux qui nous gouvernent?

Et donc décident pour nous de ce qui est bon ou pas, c'est pas pour rien qu'ils sont tous potes la haut (Sarko/Tf1 etc etc...)

Vous faites du bon boulot, et il n'y a aucune, ou très peu de solidarité du monde journalistique de la "haute classe" envers vous.
Aucun respect de l'être humain.
Quelle bande de crapules!

Bon courage et bonne continuation les humains qui se respectent sont derière vous.

19:13  
Anonymous Anonyme said...

A l'heure où le peuple n'est plus souverain, (la constitution est imposée./), il n'est pas étonnant de voir que les dérapages se multiplient !
Où attaquer ? Comment se défendre ?
On regarde à un endroit que déjà, il y a autre chose ailleurs ... pour tout, contre tous ! (sauf l'élite et les rentiers bien sûr !)

mon rêve, c'est qu'un jour, un homme se lève et fédère le mécontentement sans violence....
Mais ce sont les médias qui le choisiront !!!
Sans média, tu n'existe pas !
Tu peux faire la grève, personne n'est au courant, personne n'en parle, ton problème n'existe pas !

Tu es un nain, tu épouse une actrice : Ah ! Voilà de l'actualité ! C'est ce que les Français veulent ....

Bon, je retourne à ma petite dépression ....

13:03  
Anonymous keru said...

à 13:03

Perso je crois pas que les médias choisiront la personne que vous espérez...
Tout va dans le sens contraire, quand ils sont à la botte de la publicité des entreprises...

Et tout va vers l'individualisme, pour que la "croissance" puisse continuer... orchestrée par ces entreprises, qui finalement nous "dirigent"...

Mais là, ça se casse la geule...
J'espère que cette chute pourra soulager votre "petite dépression", l'espace d'un moment...

18:06  
Anonymous aurelien said...

Un texte lucide, pas pessimiste, je pense.

21:51  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home