31.7.07


Avec des pincettes...

Je viens de tomber dans un récapitulatif de l'affaire Clearstream sur ce début d'article qui ressemble à beaucoup d'autres :

"Février 2001: Le journaliste Denis Robert publie un livre, Révélations, qui prétend que la société financière luxembourgeoise Clearstream a des activités suspectes."

Six ans après la sortie de révélation$ que dire sinon que l'auteur de ces lignes est un gros fainéant? S'il avait ouvert le livre en question, il aurait vu que je en prétends rien mais je prouve que les activités de Clearstream sont plus que suspectes...

Ces milliers de comptes ouverts dans des paradis fiscaux, ces traces de transactions effacées , ces jugements qui l'attestent...

http://www.arenes.fr/livres/page-livre2.php?numero_livre=4&num_page=374...
Et
http://www.arenes.fr/livres/page-livre2.php?numero_livre=4&num_page=375

En ces temps mouvementés où un ex premier ministre est mis en examen avec caution de deux cent mille euros, pourquoi accepter que des journalistes continuent à oublier l'essentiel?

DR

9 Comments:

Anonymous yves said...

Elle est bien bonne ! Les personnalités politiques au sommet y ont cru pourtant. Qu'en déduire ? Denis robert à tapé dans le mille ? A moins que l'ancien président, l'actuel président, MAM, De villepin soient stupides au point d'avoir cru qu'une "banque" au luxembourg pouvait se charger d'opérations douteuses. C'est étrange, tous ces journalistes qui ne croient pas à ces affaires de banquiers allemand et luxembourgeois. Ils auraient dû bien vite rassurer tout le monde en expliquant qu'il n'y a rien à voir au luxembourg. Mais alors, comment faire pour parler de l'affaire cleartsream 2 tout en jouant aux cons sur l'affaire cleartream 1. Le vrai scandale est que la machination dont nous voyons les résultats aujourd'hui, repose sur les activités occultes du luxembourg...sans que cela n'émeuve les types au sommet du pays et encore moins la plupart des journalistes.

L'affaire de villepin est scandaleuse parce qu'elle se repose sur une affaire solide, celle d'une banque qui dissimule du pognon. Toute sorte de pognon...

Donc, Denis n'est pas fou pour ces personnages politique. Il ne l'est que pour les journaux.
Gros soucis à présent : Denis est toujours là les amis. Ses bouquins et ses films aussi. Ca va être quoi le sujet de conversation futur ? Allez. Cessez de regarder la television, pendant que vous zapper, les banques vous font les poches.

salut

17:21  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour Denis,

Content de lire un message tien. J'espère que tes affaires vont dans le bon sens. Ma proposition d'essayer de t'aider à lutter dans tes démêlés juridiques tient toujours.
Bon courage et à bientôt,

Patrick

23:47  
Anonymous Literatuuraire.punt.nl said...

A tout hasart j' avais acheté le livre de Emmanuelle Butterfly (?) - L' Emmerdeur... et lu apres votre domination...
est-ce que vous avez ecrit qq chose sur le livre de Butterfly?
j' assure: un coup original!

continuez votre lutte!

01:23  
Anonymous Anonyme said...

En tant qu’ auteur (avec Backes, dont le courage doit être souligné aussi), de CLEARSTREAM, l’affaire CLEARSTREAM2 devait être ressentie par toi comme une reconnaissance de ton travail. C’est particulier qu’une manipulation politico financière, hyper médiatisée se base sur un dossier que les médias ont voulu passer sous silence. C’est un des paradoxes de ce dossier. S’il n’y avait pas d’effets secondaires…. Tu aurais pu être reconnaissant aux acteurs de cette manipulation….. pour le coup de pub….

Que certains journalistes continuent à mettre en cause le fond de l’affaire ça les regarde. Tu ne persuaderas jamais Edwy changer d’avis publiquement sur ton enquête. Même s’il n’y avait pas l’erreur du compte « DGSE »… d’autres l’auraient inventé. Le falsificateur du listing de Florian, est venu d’ailleurs combler ce « trou » à sa manière….
J’ignore comment l’idée de récupération et de falsification les listings est née dans la tête de certains, (probablement en lisant tes bouquins...) mais ça serait très intéressant de connaître un jour l’histoire dans tous ses détails. Ca doit être croustillant.

Cela malheureusement ne change rien à tes ennuis judiciaires et aux frais d’avocats….

Comme je ne suis pas à ta place… (je connais néanmoins (trop bien) les tenants et les aboutissants de la loi … de 1881….) qui fait vomir plus d'un, je continue à me poser d’autres questions que toi.
Questions auxquelles tu as les réponses…

Si la falsification des listings a été possible… c’était parce qu’un fichier a pu être « complété », de manière grossière.
Au moment où « la vraie source » de ce listing était une personne indépendante de l’équipe qui a monté la manipulation, comment s’explique, qu’ils ont osé ce coup en sachant que la blague ne pouvait pas durer longtemps…
Bien entendu on pouvait opter tout de suite pour l’explication psychiatrique et ne pas se poser d’autres questions (le mec qui a fait ça.. c’est un mythomane qui veut impressionner les autres afin de garder un emploi, ou un fou qui a des absences… que la haine rend aveugle, ou , ou…)… mais je suis convaincue que la réponse est bien plus logique.
Le mec qui a reçu le listing ne pouvait pas ignorer que « la vraie source » du vrai listing n’avait aucun intérêt… d’apparaître dans le dossier. S’il était journaliste et avait recueilli son listing dans le cadre d’une enquête, il aurait pu éventuellement le faire publier. Mais en tant qu’ « auditeur » lié par contrat à une société, ayant signé une clause de confidentialité, nul ne doute que c’était exclu, sauf s’il était suicidaire, de dire que c’est lui qui a filé l’original au falsificateur.
Quand on veut dénoncer un fait délictueux en tant que particulier, on ne va pas le dire à la DGSE…. mais on écrit au Pôle Financier. Une adresse que tout le monde connaît. Je peux bien admettre, en tant que lectrice des polars, que quand on a la chance de connaître un agent secret on en profite pour faire l’économie des timbres…. Mais… quand même…
Lahoud et ses proches ils ont profité de leur chance… en optimisant chaque élément. Pas si dingues que ça les mecs… Le fait que Lahoud a présenté les résultats de listing comme acte de piratage de la Banque de Banques… c’était une très mauvaise idée. Pour chaque preuve destinée à la justice, il faut savoir prouver la source. Sinon donnée invalide.
Or, dire que les données provenaient d’un piratage de la Banque des Banques par un service d’EADS…. C’était purement impossible dans une salle de Tribunal.
Qui a écrit le scénario de CLEARSTREAM 2 ? Combien de personnes se sont mêlés à ça par la suite ? Quel était le but initial ? Qui a eu l’idée ? En tout cas l’embauche d’un falsificateur récidiviste a été fait par le n°2 d’EADS. C’est un fait établi. C’est un fait établi aussi que c’est le n°2 d’EADS qu’il est allé apporter un faux listing à un juge qui enquêtait, sérieusement, sur une affaire des frégates. Peut-on imaginer que l’employé a réussi à faire rouler son employeur ? On peut tout imaginer… le roi Salomon, dans le temps pour faire éclater la vérité en pareil cas, il soumettait les contradicteurs devant un dilemme vital.
Dans le cas précis, pas de roi Salomon à l’horizon, mais les deux contradicteurs, se trouvent théoriquement… au tapis. L’un d’eux, aurait pu accuser l’autre de l’avoir détruit. Mais non.
L’un et l’autre parlent avec beaucoup de respect et de classe pour l’autre, tout en disant ce que les gens aimeraient entendre de leur bouche. JLG émet l’hypothèse d’un « mythomane » (personnalité double) tout en la rejettent. Lahoud émet l’hypothèse d’un étourdi. D’un Dr Jekyll et Mister Hide. (personnalité double). On n’est pas sorti de l’auberge…
Autre fait qui étonne : JLG a sollicité pour la vérification des listings de LAHOUD le Ministère de la Défense, le Ministre des Affaires Etrangères, le MI6…le Pôle Financier, et il n’a pas pensé à appeler le frère du hacker, pour lui demander (puisqu’ils travaillent dans la même société) si c’était possible de jeter un coup d’œil, aux listings de son petit frère et lui demander de lui faire la demonstrandum de son talent de hacker de la Banque des Banques. Pourtant le frère n’était pas un étranger à JLG. C’est lui qui lui a présenté le petit le lendemain de sa sortie de prison. En tant que polytechnicien dernière génération, il était mieux placé que n’importe qui pour expertiser si on peut pirater une Banque en se connectant à son modem via un téléphone portable !!!
Déjà lire ses emails en se connectant via un téléphone portable sur un modem est une vraie galère…. Pirater une banque, ça relève du masochisme pur et dur….
Comment JLG n'a pas sollicité Marwan pour une expertise gratuite et a investi tant d'energie et fait faire des dépenses par un tas des services différents pour expértiser le listing de son petit frère ? C'est incompréhensible.

11:53  
Anonymous Anonyme said...

proposition pour ajouter aux liens à gauche...

http://www.dailymotion.com/relevance/search/clearstream/video/x1lg20_clearstream-le-coupable_fun

http://www.dailymotion.com/relevance/search/clearstream/video/xte0o_clearstream_politics

En attendant la solution finale...

17:57  
Anonymous Anonyme said...

Pas publiable, pour consommation personnelle…

Denis en dévoilant en 2001, qu’un journaliste (indépendant) avait accès au cœur du système des banques par où elles transitent toutes sortes d’opérations, tu as donné des insomnies certainement à pas mal de gens, dont le souci c’est de permettre à leurs adhérents de dormir tranquilles.
L’audit qui a suivi était le résultat visible de cette alerte rouge.
Même si Backes ne pouvait plus les nuire avec ses données, c’était attendu que d’autres personnes étaient potentiellement susceptibles de t’approcher pour que tu complètes tes données. Dans une entreprise, il y a toujours des mécontents. On sait comment ça fonctionne le système. Personne ne peut satisfaire tout le monde pour éviter des fuites potentielles. Ca serait trop cher. C’est beaucoup moins cher, de démotiver les gens de témoigner de ce qu’ils savent en adoptant une stratégie adéquate. Les attaques en diffamation… c’est une bonne arme et ne coûte pas vraiment cher pour celui qui l’utilise comme une arme. Ca coûte moins cher qu’un audit visant à améliorer le système…. Et le message fini par passer aux intéressés.

Quand en 2002, tu as récidivé en éditant un second livre et en citant deux nouvelles sources…. J’imagine que la crise des nerfs a été insupportable. Qu’est-ce que tu aurais fait à leur place ? Tu aurais attendu le troisième bouquin passivement en utilisant la même stratégie ? C’était urgent d’agir.
Ce n’était pas qu’un problème de Banque. Si le secret bancaire ne pouvait plus être protégé, Sirven et les autres intermédiaires, n’auraient pas besoin de faire du chantage aux politiques en évoquant des secrets pouvant faire tomber jusqu’à 20 fois la République.
A partir du moment où il y avait des fuites qu’ils ne pouvaient pas les anticiper jusqu’en 2002, c’était indispensable qu’ils te pistent. Pas la Banque des Banques. Elle n’est que l’intermédiaire dans l’affaire des commissions et elle touche certainement le minimum syndical tout à fait légalement. Les personnes susceptibles de souffrir d’éventuels révélations par contre avaient intérêt de venir voir plus près comment tu fonctionnes. Etaient certainement plus pressés que le Président de la Banque qui faisait le nécessaire en utilisant les procédures judiciaires « prévues »…

N’importe qui qui découvre une vérité gênante , n’importe laquelle et la communique, « il reçoit des visiteurs », tôt ou tard chez lui. Pourquoi toi tu serais une exception ? Sois pragmatique. Je ne sais pas qui a été envoyé chez toi, ni par qui ni quand et peu importe. Je n’insinue pas qu’Imad faisait partie de ce type de visiteurs. D’ailleurs je le vois mal dans sa cellule de rêver en sortant de la Santé d’aller à la gare de l’Est pour fouiller ton PC.
Je n’insinue pas que quand JLG clame haut et fort qu »’il avait qu’une obsession servir l’état… » son obsession était « de ne pas faire tomber la république » dont le fonctionnement connaît fort bien… Je n’insinue rien. D’ailleurs JLG s’il voulait sauver la république, j’imagine qu’il demanderait de l’aide.
Si un seul homme comme Sirven pouvait la faire tomber 20 fois, j’imagine mal un autre pouvoir la sauver tout seul. Mais quand on sait que d’un côté, il y avait un journaliste qui entrait et sortait dans les données d’une Banque comme dans un moulin (depuis 2000 au moins), et qu’un juge par hasard était chargé d’enquêter sur une affaire (depuis 2000) qui pouvait menacer la République (d’où le maintien de secret défense) et que les deux types se connaissaient et si on prend aussi en compte le phantasme de certains que tu pouvais peut-être accéder à des archives d’une période trouble…. C’était urgent de vérifier ce qui se passe…. Bien plus urgent que de propulser un mec à la place d’un autre des années plus tard à la tête de la république.
C’est mon avis. Bien entendu, quand on voit qu’on peut chasser deux lièvres à la fois… on ne se prive pas… Pour moi il n’y a jamais eu CLEARSTREAM II. Mais le fait qu’il a existé… malgré tout c’est une bénédiction car il a donné l’occasion à ceux qui avaient raté le début… de pouvoir se rattraper… Alors la prochaine fois que tu verras Nico ou Dominique… soit gentil… Sans eux… On entendrait plus parler…

19:03  
Anonymous Yann said...

Bonjour,

je constate que la vidéo "L'Affaire ClearStream racontée à un ouvrier de chez Daewoo" n'est plus présente sur dailymotion. La cause invoqué : "non respect des conditions d'utilisation".

j'ai donc lu ledites conditions (http://www.dailymotion.com/legal/terms). La vidéo, si je ne m'abuse fait 75 minutes. Dailymotion limite à 20 minutes.

Plusieurs solutions : coupé le fichier en plusieurs morceaux ou changer d'hébergeur. (Prendre par exemple Google Video). Cependant, il serait préférable de passer par un hébergeur indépendant tel que http://www.archive.org/ (chargé justement de la sauvegarde du patrimoine vidéo) Il faut se logger et cliquer sur "Upload".

Voilà,
Courage Denis !

09:20  
Anonymous Anonyme said...

Les copains d'abord

Paroles et Musique: Georges Brassens 1964

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en pèr' peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

Ses fluctuat nec mergitur
C'était pas d'la litterature
N'en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d'abord

C'étaient pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boetie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord

C'étaient pas des anges non plus
L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors
Tout's voil's dehors
Jean, Pierre, Paul et compagnie
C'était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confiteor
Aux copains d'abord

Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui prenait l'quart
C'est elle qui leur montrait le nord
Leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détresse
Qu'leurs bras lancaient des S.O.S.
On aurait dit les sémaphores
Les copains d'abord

Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait a bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore

Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Mais le seul qu'ait tenu le coup
Qui n'ai jamais viré de bord
Mais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

(from Marco Saba, Italy)

01:20  
Anonymous Anonyme said...

Georges Brassens
Hécatombe
1955

Au marché de Briv'-la-Gaillarde
A propos de bottes d'oignons
Quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon
A pied, à cheval, en voiture
Les gendarmes mal inspirés
Vinrent pour tenter l'aventure
D'interrompre l'échauffourée

Or, sous tous les cieux sans vergogne
C'est un usag' bien établi
Dès qu'il s'agit d'rosser les cognes
Tout le monde se réconcilie
Ces furies perdant tout' mesure
Se ruèrent sur les guignols
Et donnèrent je vous l'assure
Un spectacle assez croquignol

En voyant ces braves pandores
Etre à deux doigts de succomber
Moi, j'bichais car je les adore
Sous la forme de macchabées
De la mansarde où je réside
J'exitais les farouches bras
Des mégères gendarmicides
En criant: "Hip, hip, hip, hourra!"

Frénétiqu' l'un' d'elles attache
Le vieux maréchal des logis
Et lui fait crier: "Mort aux vaches,
Mort aux lois, vive l'anarchie!"
Une autre fourre avec rudesse
Le crâne d'un de ses lourdauds
Entre ses gigantesques fesses
Qu'elle serre comme un étau

La plus grasse de ses femelles
Ouvrant son corsage dilaté
Matraque à grand coup de mamelles
Ceux qui passent à sa portée
Ils tombent, tombent, tombent, tombent
Et s'lon les avis compétents
Il paraît que cette hécatombe
Fut la plus bell' de tous les temps

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons
Ces furies comme outrage ultime
En retournant à leurs oignons
Ces furies à peine si j'ose
Le dire tellement c'est bas
Leur auraient mêm' coupé les choses
Par bonheur ils n'en avait pas
Leur auraient mêm' coupé les choses
Par bonheur ils n'en avait pas...

01:40  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home