30.10.07

Rue des singes



C’est l’histoire de René Taesch. Mon copain photographe. Ensemble, nous avions conçu à la fin des années 90 « Portrait de groupe avant démolition », un livre mêlant texte et images qui montrait un des effets de la main mise des financiers sur le monde: à savoir la disparition programmée de sdf. La suite sort cette semaine chez Florent Massot (17 euros). Pendant sept années, avec des hauts et beaucoup de bas, René a gratté, imprimé, raturé, écrit. Ce livre est une rareté. L’histoire s’enracine autour de la Rosselle, dans cet Est mosellan qui ressemble à un musée. Elle se poursuit chez des paysans de Puttelange, à la frontière luxembourgeoise. René est raflé, comme il l’écrit avant de se retrouver en foyer et en usine dans les Vosges, dans les communautés babas des années 70, en prison, à Londres, dans une camionnette. 0n the road again.
A une époque où les faux anars de 68 retrouvaient le nid douillet de papa et maman, René a poursuivi ses rêves d’amour libre, de révolution et de ganja facile. Il a travaillé, s’est levé tôt et couché tard, s’est marié, a milité chez les cocos, a divorcé, a fait des enfants, s’est fracassé, s’est reconstruit. Rue des singes est un livre qui lève la tête et dit non à la fatalité. C’est un livre qui résiste.

3 Comments:

Anonymous seb clivillé said...

Il y a tellement d'humanité dans le regard des chiens, de ceux toujours fidèles à leurs engagements...
La rue : un camp d'extermination à ciel ouvert. Sans fumée ni orchestres...

13:23  
Anonymous Anonyme said...

bonjour ... je me présente, kuhner annabelle . mon père est originaire de petite rosselle, rue des singes.. moi meme je me retrouve directrice d'école maternelle à petite rosselle, apres avoir roulé ma bosse dans les vosges et en guyane ... comme quoi y a toujours un retour aux sources. j'ai lu le livre "rue des singes" ... en fait je l'ai pas lu : je l'ai dévoré. comme on s'y retrouve, nous les gens du coin, les petits enfants et enfants de mineurs et je me dis : petite rosselle n'a pas vraiment changé : les expressions, les rivalités, les clans la mentalité ... en tous cas bravo pour ce livre si dense en émotions ! bravo monsieur Taesch ...

21:08  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
Je ne suis pas de Rosselle, mais j'ai également dévoré ce livre. René a un sacré talent. Je suis vraiment heureux d'avoir acheté ce livre, histoire que ça lui amène quelques tunes, même si ce n'est pas grand chose en contrepartie du plaisir qu'il m'a donné.
Je remercie Denis d'en avoir fait la publicité.
Rémy

16:55  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home