19.5.08

On n'arrête pas le progrès


PARIS (Reuters) - Le parquet pourrait demander un non-lieu pour Dominique de Villepin dans l'affaire Clearstream, croit savoir dimanche le site internet de l'hebdomadaire Marianne. "Le réquisitoire de l'affaire Clearstream par le procureur Jean-Claude Marin va probablement demander un non lieu général pour Dominique de Villepin", rapporte Marianne2.fr sans citer ses sources.
"Le document est sur le bureau de Jean-Claude Marin, le procureur de la République de Paris, depuis une dizaine de jours et n'attend plus que son paraphe pour être transmis aux juges de l'affaire Clearstream, Henri Pons et Jean-Marie d'Huy", ajoute Marianne.
L'enquête sur une possible manipulation ayant visé Nicolas Sarkozy à l'aide de fausses listes de comptes de la société Clearstream en 2004 a été refermée en février après trois ans et demi d'investigations, mais le procès de l'affaire semble encore loin.
L'ancien Premier ministre a été mis en examen pour "complicité d'usage de faux et de dénonciation calomnieuse, recel de vol et recel d'abus de confiance". Les charges contre Dominique de Villepin reposent sur des documents retrouvés dans l'ordinateur du général Philippe Rondot, spécialiste du renseignement.
La thèse des juges est que Dominique de Villepin, qui a d'abord demandé des enquêtes parallèles sur les listes à Philippe Rondot puis à la DST, a ensuite poussé à leur remise au juge Van Ruymbeke, dans l'espoir d'éliminer Nicolas Sarkozy dans la perspective de la présidentielle 2007. Dominique de Villepin a nié ces charges.

7 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Et EADS ? Exit ? Disparue ? Envolée ? Jamais entendu parler ? N'a jamais existé, peut-être ?

18:00  
Anonymous aurelien said...

Cela me fait penser à cette scène du film "Printemps, Eté, Automne, Hiver" de Kim Ki-duk:
http://www.youtube.com/watch?v=xHLnf6xlv1w

21:28  
Anonymous Anonyme said...

la lutte contre les paradis fiscaux s'organise comme une mayoe
Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.


1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

- La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.


2/ Sur les dettes de l"Etat :

- Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).


3/ Sur les recettes de privatisations :

- Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.


4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

- 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.


Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

A savoir :

1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.

03:04  
Anonymous aurelien said...

Les petites mains de Clearstream ont bien réussi leur coup.

Tout le monde sait que les listings ont été trafiqués en interne par les sbires d'André Roessi :-D

23:50  
Anonymous Anonyme said...

"Tout le monde sait", enfin c'est juste une hypothèse


non ..........je n'ai rien dit !

23:53  
Anonymous Al Raff said...

Bonjour cher Denis Robert
Naturellement, la parodie d'instruction donc de "justice"continue.
Page 3, le dernier Canard Enchaîné (21 mai 2008) nous gratifie d'un court article :
"Épais brouillard sur Clearstream" où nous apprenons que "Zig et Puce" se sont dispensés d'interroger Claude Guéant qui avait pourtant des infos intéressantes à leur livrer concernant entre autres, Yves Bertrand ancien Directeur des RG, Philippe Massoni...
Article reproduit dans mon blog (billet du 23 mai).
Amitiés.

17:29  
Anonymous Anonyme said...

Et les carnets d'Yves Bertrand de juillet 2003 et suivants, toujours pas retrouvés ?

S'il n'y en avait plus que pour moi, je comprends...

09:58  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home