20.12.06

DEUX SOUTIENS DE TAILLE

Du SNJ...

Journaliste, coupable idéal.

Faire diversion, c'est souvent le résultat des mises en examen des
journalistes, quand ce n'est pas l'objectif visé.

Le journaliste Denis Robert vient d'être mis en examen pour « recel d'abus
de confiance et de vol » dans l'affaire Clearstream.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), premier syndicat de la
profession, constate que son confrère qui, depuis des années, enquête sur
les transactions financières internationales et a été à l'origine des
révélations dans l'affaire Clearstream, est un des rares protagonistes à
être réellement inquiété.

Cinq ans après le début de cette affaire, le compte est vite fait : les
responsables des transactions illégales et des intrigues
politico-financières peuvent dormir tranquilles. Denis Robert, qui a fait
son travail, est, lui, mis en examen.

Quels journalistes prendront désormais le risque d'enquêter sur ces
domaines « réservés » ?
C'est le droit à l'information des citoyens qui est directement mis en
cause au moment où les Français vont choisir leur président et leurs
représentants à l'Assemblée nationale.


D'Attac...

Motion adoptée par le conseil scientifique d’Attac le 15 décembre 2006


A l’unanimité, lors de sa réunion plénière du 15 décembre 2006, le conseil scientifique d’Attac a adopté la motion suivante :

« Les travaux de Denis Robert ont apporté des éclairages importants sur les paradis fiscaux et les dérives de la finance internationale, notamment sur le fonctionnement de la société Clearstream. Le conseil scientifique d’Attac, bien placé pour apprécier leur qualité et la rigueur avec laquelle ces travaux utilisent de sources rares et difficiles à obtenir, condamne le harcèlement inique auquel est soumis ce journaliste intransigeant. Il semblerait que l’on cherche, par cet exemple, à décourager ceux et celles – dont nous sommes – qui étudient, pour la dénoncer publiquement, la criminalité économique et financière qui pourrit le monde.

Nous demandons que soit annulée la mise en examen de Denis Robert dans l’affaire Clearstream, dernier acte de cet acharnement judiciaire. »

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

IL ETAIT TEMPS...

14:38  
Anonymous Stéphane (Marseille 12ème) said...

le communiqué du SNJ en date du 13/12/06 est remarquable et très important (http://www.snj.fr)

Cela regonfle le moral de voir que collectivement les journalistes sont capables de mettre entre parenthèse les rivalités de chapelles et les rancoeurs personnels pour défendre l'essentiel, lorsqu'il est remis en cause.

Reporters sans frontières (RSF) s'était déjà exprimé le 5/12/06 pour dénoncer l'acharnement judiciaire contre Denis Robert

Paradoxalement, je trouve que les réactions sont par contre encore bien molles au niveau des articles et des éditoriaux des rédactions des quotidiens et hebdomadaires nationaux (je ne parle même pas du traitement carrément hostile à Denis Robert que chacun a pu lire dans plusieurs articles fielleux publié par Le Monde).

Du soutien collectif et anonyme, au travers des organisatons professionnelles, reste donc à franchir un pallier pour beaucoup de nos frères journalistes: celui du soutien à Denis Robert, revendiqué et assumé à visage découvert.

La fin de l'acharnement judiciaire contre Denis Robert viendra d'un signal fort délivré par le milieu politique. Ce signal n'interviendra que si une base large dans l'opinion revendique le droit à Denis Robert de s'exprimer librement. Ce soutien populaire ne peut se développer dans l'opinion que si les journalistes sortent de leur résignation et dénoncent ouvertement la mise en examen abusive de Denis Robert, en accord avec leurs convictions profondes.

J'invite donc tous les visiteurs de ce blog à interpeller les rédactions de leurs journaux habituels, à travers les forums ou le courrier des lecteurs, pour exiger une prise de position explicite. Il ne s'agit pas de donner des leçons de courage aux journalistes (car les temps sont durs pour leur profession), mais de les assurer par avance du soutien des citoyens s'ils sont pris à témoins des pressions qui se multiplient actuellement sur de nombreux journalistes, qui essayent tant bien que mal de faire leur métier. Outre la mise en examen de Denis Robert intervenue le 13/12/06, vous pourrez faire référence, dans vos échanges avec les rédactions, à d'autres faits récents et inquiétants pour la liberté d'informer:

- le 29 novembre 2006, trois journalistes du "Midi Libre" mis en examen pour "recel de violation du secret professionnel", après la publication en octobre 2005 d'un pré-rapport de la Chambre régionale des comptes mettant en cause sa gestion de la Région Languedoc-Roussillon entre 1986 à 2004,

- le 5 décembre 2006: annonce par le Ministère de la Justice que la réforme sur la protection du secret des sources des journalistes est repoussée à la prochaine législature "en raison d'un calendrier surchargé"

- le jeudi 14 décembre 2006, huit journalistes de Libération, du Monde, du Canard Enchaîné et du Nouvel Observateur, entendus comme témoins par les magistrats chargés d'enquêter sur la "violation du secret de l'instruction" dans l'affaire "Clearstream 2"

02:27  
Anonymous Anonyme said...

la liberté est vrai si la vérité est libre.

17:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home