31.10.06

31l10l06

Interview de Denis Robert dans le Nouvel Obs, suite à sa mise en examen, à lire...

>cliquez ici

4 Comments:

Anonymous Jean Ploi said...

M...e ! Celui qui dit la vérité, il doit être exécuté ? Que la France te décore, je le comprendrais, mais qu'un magistrat français requière une inculpation alors que Révélation$ a servi de point de départ à une enquête parlementaire en 2001...
Cette commission d'enquête est bien la preuve que ton boulot est d'utilité publique, non ? Et tu n'as fait que que continuer ton enquête, en vrai journaliste. Démocratie ou fricocratie ? C'est vraiment incroyable....

18:05  
Anonymous Anonyme said...

Mr Denis ROBERT

je vous remercie d'aller voir le lien
http://www.assvictimescreditmutuel.com/24557.html

Tous les éléments rapportés sur ce site sont prouvés

cordialement et bravo pour votre courage

08:29  
Anonymous Anonyme said...

Il y a quelques années
CLEARSTREAM ?
2004
CLEARSTREAM ?
2005
CLEARSTREAM ? ?
2006
CLEARSTREAM ! !
“BOUM”
On y est, ça « pète » !
Tout le monde se pose la question, « Ont ils des comptes ou pas » ?
(voir en fin de page le communiqué d'ATTAC)

Voilà, depuis plusieurs semaines, ce que les français pensent tout haut
Quel climat, quelle odeur nauséabonde, quelle tristesse, en tous cas, on ne s’ennuie pas en France ces derniers mois.
Tous pourris, peut être pas, mais quand même ça fait beaucoup.
Une simple remarque sur le second « meilleur de nous tous », par ailleurs énarque comme lui, accumule tellement de « conneries », qu’il est assurément devenu le meilleur à la place du « meilleur de nous tous ».
POUR SAUVER LA FRANCE
IL FAUT INTERDIRE LA FONCTION PUBLIQUE ET LA POLITIQUE AUX ENARQUES.
Enfin, ceci n’est pas notre affaire, encore que, c’est avec notre argent qu’ils jouent au plus malins.
Cette situation ressemble à la décadence de Rome, et plus près de nous à la fin de la IVe République. C’est la fin du règne des « copains des coquins » et de la main mise des « talents » des grandes écoles qui croyaient être de droit divin les propriétaires de notre pays.
Ils s’étonnent que le bon peuple leur « botte le cul » à chaque consultation, car pour eux le bon peuple n’y comprend « rien de rien ».
Ils sont, mauvais propriétaires, mauvais gérants, mauvais pères de famille, mauvais partout, mais ils « s’accrochent » les bougres, la place doit être bonne.
N’oubliez pas que c’est en 1958, fin de la IVe République, qu’il y a eu la plus grande arnaque fomentée par des arrivistes qui ont profité de cette période de troubles pour accaparer les richesses du Crédit Mutuel. Ces canailles sont les pires des voleurs, car ils volent légalement. Les quarante voleurs d'Ali Baba étaient des enfants de coeur.
Tout ceci pour vous faire part de quelques faits qui concernent notre combat, et dont on retrouve quelques protagonistes dans l’affaire CLEARSTREAM.
En effet et cela va surprendre plus d’un SOCIETAIRE du Crédit Mutuel car, vous ne le savez pas,
LA BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL
DE STRASBOURG dont l'actionnaire est l'ancienne "BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL" aux antécédents nazis ( créée en 1941 sous le nom "Elsässiche Landesgenossenschaftebank)
possède un compte à CLEARSTREAM !
Vous ne le croyez pas, et bien nous pouvons même vous donner le N° de ce compte, celui-ci est
N° 54114
et ce n'est pas tout, en 1998, l'Institut National de la Propriété Industrielle recensait une de filiale de la BFCM dénommée "CIC CAIMAN BANK USA"

Vous pouvez même, en votre qualité de sociétaire de votre caisse, demander à Clearstream un détail des opérations qu'elle a effectuées pour le compte de la Banque Fédérative du Crédit Mutuel.
Mais pourquoi ce compte à l’étranger, et un autre dans un paradis fiscal, dans une banque, à la réputation sulfureuse, qui aurait blanchi des centaines de millions de commissions occultes.
Que vient faire la BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL dans ce cloaque ?
L’argent des sociétaires aurait il été utilisé pour des opérations de « remerciements » octroyées à des « amis » bien placés ? Politiques ou autres ?
La BFCM, que nous sachions, n’a pas comme objectif et philosophie de faire des opérations à l’international.
ON PEUT LEGITIMEMENT S’INTERROGER.
Autre fait, rapporté par un quotidien bien connu et qui a rarement été pris en défaut dans ses affirmations, il semblerait que Mr CHIRAC ait ouvert un compte au JAPON et y aurait déposé 300 Millions de Francs ? Ceci en 1992 ?
Or, chers sociétaires, nous vous rappelons que c’est justement cette année là qu’il y a eu la plus grande restructuration arnaqueuse du Crédit Mutuel Centre Est, avec le transfert de 175 Milliards de Francs par un tour de passe-passe magique.
M. Etienne Pflimlin, président du directoire de l'ERU a omis de signer le procès-verbal de l'assemblée générale de l'ERU (qui selon les actes déposés au Tribunal d'instance de Strasbourg n'a jamais eu lieu !!! ) qui a autorisé la fusion-absorption vers la banque présidée par le même Etienne Pflimlin, c'est un détail, le président revendique tellement la confiance, au point qu'il se fait confiance à lui même !!!!
Voir affaire ERU
N’y aurait-il pas une relation de cause à effet ?
Car, et nous devons également le rappeler, c’est bien CHIRAC qui a octroyé, en 1975, au Crédit Mutuel, l’avantage exorbitant des livrets bleus.
Si c'est vrai, qui est la la banque qui a transféré les fonds ?
Voilà ce dont nous voulions vous faire part, mais bien sûr, c’est à vous d’en tirer les conclusions.
Affaire à suivre : l'AVCM a saisi le Tribunal d'instance de Strasbourg et le Préfet du Bas-Rhin responsable du contrôle de l'associations coopérative l'Expansion Rurale et Urbaine régie par la loi allemande des 1er mai 1889 et 20 mai 1898.

Toutes les autorités de l'Etat refusent de communiquer à l'AVCM la liste des 1108 caisses auxquelles la Banque de France a donné un agrément en 1984 !!!
LA FRANCE N'EST PLUS GOUVERNEE DEMOCRATIQUEMENT EN MATIERE FINANCIERE DEPUIS LA IVe REPUBLIQUE !


L'AVCM A SAISI LA COMMISSION EUROPEENNE
consulter le dossier



COMMUNIQUE D'ATTAC
LE VRAI SCANDALE CLEARSTREAM C'EST L'OPACITE DES CHAMBRES DE COMPENSATION
http://www.france.attac.org/a6270
Il n’y aurait certainement pas d’ « affaire Clearstream » aujourd’hui, avec les apparitions épisodiques de noms de personnalités politiques, administratives et du monde des affaires français, si la société Clearstream faisait preuve de transparence et était soumise à contrôle. La fonction officielle de cet organisme est de servir de chambre de compensation pour les opérations de règlement-livraison de titres entre établissements financiers.
C’est une mission indispensable pour faciliter les transactions de titres entre tous les établissements financiers. Ayant eu accès à une partie des listes des clients de Clearstream lors de ses recherches, le journaliste Denis Robert a pu montrer qu’il existait des comptes occultes. Bien entendu, même dans les listes non publiées, les personnes ou les sociétés apparaissent rarement sous leur vrai nom ; elles ont recours à des sociétés aux intitulés plus ou moins exotiques ou très "business" pour cacher les réels donneurs d’ordres des opérations. C’est parmi ces listes "occultes" qu’auraient été glissés les noms de personnalités françaises. A côté d’opérations relativement claires, correspondant aux compensations des opérations de règlement-livraison de titres (actions, obligations et autres types de titres), il apparaît donc que ces comptes non publiés joueraient le rôle essentiel de « banque notariale » dans la circulation de l’argent du crime, dans la dissimulation quasi parfaite des transactions financières internationales douteuses et qu’ils constitueraient un circuit vital dans l’alimentation des paradis fiscaux en argent de toute nature.
Les représentants de Clearstream nient évidemment ces faits, mais la meilleure réponse serait certainement une surveillance de cette société et de Euroclear (l’autre chambre de compensation située à Bruxelles), confiée à un organisme public international. Le "secret bancaire" opportunément invoqué par quelques Etats (dont le Luxembourg) ne doit pas faire obstacle à un suivi régulier des opérations d’organismes financiers dont les conséquences peuvent être dramatiques pour des populations, des collectivités de travail, des Etats, des entreprises ou des personnes. Attac sollicite une rencontre avec M. Thierry Breton, ministre français de l’économie et des finances, pour lui demander de se faire l’avocat d’une telle demande auprès du gouvernement luxembourgeois, auprès du prochain conseil Eco-Fin de l’Union européenne et lors des prochaines rencontres internationales à l’OCDE et à l’ONU.

Il faut rappeler qu’en août 2004, une demande similaire avait été faite auprès du ministre des finances de l’époque, M. Nicolas Sarkozy, qui avait annulé le rendez-vous au dernier moment.

Attac France,
17 mai 2006

11:22  
Anonymous Anonyme said...

Il y a quelques années
CLEARSTREAM ?
2004
CLEARSTREAM ?
2005
CLEARSTREAM ? ?
2006
CLEARSTREAM ! !
“BOUM”
On y est, ça « pète » !
Tout le monde se pose la question, « Ont ils des comptes ou pas » ?
(voir en fin de page le communiqué d'ATTAC)

Voilà, depuis plusieurs semaines, ce que les français pensent tout haut
Quel climat, quelle odeur nauséabonde, quelle tristesse, en tous cas, on ne s’ennuie pas en France ces derniers mois.
Tous pourris, peut être pas, mais quand même ça fait beaucoup.
Une simple remarque sur le second « meilleur de nous tous », par ailleurs  énarque comme lui, accumule tellement de « conneries », qu’il est assurément devenu le meilleur à la place du « meilleur de nous tous ».
POUR SAUVER LA FRANCE
 IL FAUT INTERDIRE LA FONCTION PUBLIQUE ET LA POLITIQUE AUX ENARQUES.
Enfin, ceci n’est pas notre affaire, encore que, c’est avec notre argent qu’ils jouent au plus malins.
Cette situation ressemble à la décadence de Rome, et plus près de nous à la fin de la IVe République. C’est la fin du règne des « copains des coquins » et de la main mise des « talents » des grandes écoles qui croyaient être de droit divin les propriétaires de notre pays.
Ils s’étonnent que le bon peuple leur « botte le cul » à chaque consultation, car pour eux le bon peuple n’y comprend « rien de rien ».
Ils sont, mauvais propriétaires, mauvais gérants, mauvais pères de famille, mauvais partout, mais ils « s’accrochent » les bougres, la place doit être bonne.
N’oubliez pas que c’est en 1958, fin de la IVe République, qu’il y a eu la plus grande arnaque fomentée par des arrivistes qui ont profité de cette période de troubles pour accaparer les richesses du Crédit Mutuel. Ces canailles sont les pires des voleurs, car ils volent légalement. Les quarante voleurs d'Ali Baba étaient des enfants de coeur.
Tout ceci pour vous faire part de quelques faits qui concernent notre combat, et dont on retrouve quelques protagonistes dans l’affaire CLEARSTREAM.
En effet et cela va surprendre plus d’un SOCIETAIRE du Crédit Mutuel car, vous ne le savez pas,
LA BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL
DE STRASBOURG dont l'actionnaire est l'ancienne "BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL" aux antécédents nazis ( créée en 1941 sous le nom "Elsässiche Landesgenossenschaftebank)
possède un compte à CLEARSTREAM !
Vous ne le croyez pas, et bien nous pouvons même vous donner le N° de ce compte, celui-ci est
 N° 54114
et ce n'est pas tout, en 1998, l'Institut National de la Propriété Industrielle recensait une de filiale de la BFCM dénommée  "CIC  CAIMAN  BANK USA"
 
Vous pouvez même, en votre qualité de sociétaire de votre caisse, demander à Clearstream un  détail des opérations qu'elle a effectuées pour le compte de la Banque Fédérative du Crédit Mutuel.
Mais pourquoi ce compte à l’étranger, et un autre dans un paradis fiscal, dans une banque, à la réputation sulfureuse, qui aurait blanchi des centaines de millions de commissions occultes.
Que vient faire la  BANQUE FEDERATIVE DU CREDIT MUTUEL dans ce cloaque ?
L’argent des sociétaires aurait il été utilisé pour des opérations de « remerciements » octroyées à des « amis » bien placés ? Politiques ou autres ?
La BFCM, que nous sachions, n’a pas comme objectif et philosophie de faire des opérations à l’international.
ON PEUT LEGITIMEMENT S’INTERROGER.

(...) (le courrier étant anonyme, dans l’imposibilité de vérifier, le passage mettant en cause des personnes a été coupée par nos soins)  


COMMUNIQUE D'ATTAC
LE VRAI SCANDALE CLEARSTREAM C'EST L'OPACITE DES CHAMBRES DE COMPENSATION
http://www.france.attac.org/a6270
Il n’y aurait certainement pas d’ « affaire Clearstream » aujourd’hui, avec les apparitions épisodiques de noms de personnalités politiques, administratives et du monde des affaires français, si la société Clearstream faisait preuve de transparence et était soumise à contrôle. La fonction officielle de cet organisme est de servir de chambre de compensation pour les opérations de règlement-livraison de titres entre établissements financiers.
C’est une mission indispensable pour faciliter les transactions de titres entre tous les établissements financiers. Ayant eu accès à une partie des listes des clients de Clearstream lors de ses recherches, le journaliste Denis Robert a pu montrer qu’il existait des comptes occultes. Bien entendu, même dans les listes non publiées, les personnes ou les sociétés apparaissent rarement sous leur vrai nom ; elles ont recours à des sociétés aux intitulés plus ou moins exotiques ou très "business" pour cacher les réels donneurs d’ordres des opérations. C’est parmi ces listes "occultes" qu’auraient été glissés les noms de personnalités françaises. A côté d’opérations relativement claires, correspondant aux compensations des opérations de règlement-livraison de titres (actions, obligations et autres types de titres), il apparaît donc que ces comptes non publiés joueraient le rôle essentiel de « banque notariale » dans la circulation de l’argent du crime, dans la dissimulation quasi parfaite des transactions financières internationales douteuses et qu’ils constitueraient un circuit vital dans l’alimentation des paradis fiscaux en argent de toute nature.
Les représentants de Clearstream nient évidemment ces faits, mais la meilleure réponse serait certainement une surveillance de cette société et de Euroclear (l’autre chambre de compensation située à Bruxelles), confiée à un organisme public international. Le "secret bancaire" opportunément invoqué par quelques Etats (dont le Luxembourg) ne doit pas faire obstacle à un suivi régulier des opérations d’organismes financiers dont les conséquences peuvent être dramatiques pour des populations, des collectivités de travail, des Etats, des entreprises ou des personnes. Attac sollicite une rencontre avec M. Thierry Breton, ministre français de l’économie et des finances, pour lui demander de se faire l’avocat d’une telle demande auprès du gouvernement luxembourgeois, auprès du prochain conseil Eco-Fin de l’Union européenne et lors des prochaines rencontres internationales à l’OCDE et à l’ONU.

Il faut rappeler qu’en août 2004, une demande similaire avait été faite auprès du ministre des finances de l’époque, M. Nicolas Sarkozy, qui avait annulé le rendez-vous au dernier moment.

Attac France,
17 mai 2006

16:42  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home